Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

La dyspraxie de l’enfant

Aujourd’hui dans cet article je vais vous expliquer qu’est ce que la dyspraxie (problème sur lequel j’ai pu mettre un mot récemment car mon fil aîné en est atteint.

Qu’est ce que la dyspraxie ?

La dyspraxie est un trouble des apprentissages qui perturbe la scolarité et le quotidien de l’enfant Elle occasionne des difficultés dans les gestes, les jeux, l’écriture… Souvent dépistée à l’école, un bilan médical est établi par une équipe pluridisciplinaire, permettant une approche globale des difficultés.

Quelle est la cause de la dyspraxie ?

Il n’y a pas actuellement de causes identifiées et prouvées de dyspraxie. Par contre : Les dyspraxiques sont souvent des prématurés, voire des grands prématurés. La dyspraxie est alors combinée avec un trouble du déficit de l’attention voire avec des troubles de l’apprentissage, orthographe ou calcul.

Quels sont les symptômes de la dyspraxie ?

Les enfants dyspraxiques se plaignent de multiples difficultés affectant leurs vies quotidienne, notamment à l’école.

Ces symptômes sont :

Il est maladroit et apprends difficilement les gestes nouveaux :
Quand il se prépare, il a du mal à s’habiller, se coiffer, préparer son cartable et/ou lacer ses chaussures.

Lors des repas, il éprouve des difficultés pour mettre le couvert et se servir à boire, et il se tache facilement.

De plus, il fait tomber les objets et/ou les casse, et il manipule difficilement certains d’entre eux (clés, ciseaux, compas, règle utilisée pour tracer des traits, etc.)

Certains loisirs peuvent aussi être compliqués pour lui (ex.: jouer aux billes, pratiquer un instrument de musique).

L’enfant se fatigue vite quand il doit aborder une activité requérant habilité et coordination des mouvements. En effet, cela lui demande beaucoup de concentration, pour un résultat qui reste souvent malhabile.
Il se désintéresse des jeux de construction et du dessin
Il préfère les jeux d’imagination qu’il invente avec ses amis, et son esprit est vif dans ce domaine.

Son langage oral est riche, il aime raconter des récits bien construits, et sa mémoire est bonne.
Il a des difficultés pour écrire et dessiner

Son écriture est lente et malhabile. Sa main se crispe sur le crayon, ce qui engendre parfois des douleurs. L’enfant peine aussi à poser des opérations, alors que sa logique et son raisonnement sont normaux. Ses cahiers ont un aspect brouillon et peu soigné. Ses dessins sont pauvres et mal structurés.

En revanche, les commentaires qui les accompagnent correspondent tout à fait à son âge.

Il a du mal à se repérer dans l’espace
Il est délicat pour lui de se déplacer dans des lieux peu familiers ou de lire un plan.

Se repérer dans la page d’un cahier, dans un texte long, dans un livre ou un dictionnaire, lui demande aussi de gros efforts. La lecture de graphiques ou de tableaux est également concernée par ce problème.

Le diagnostic

Le diagnostic de la dyspraxie peut être évoqué précocement par le pédiatre ou le médecin traitant de l’enfant, ou dans un centre de Protection maternelle et infantile (PMI). Toutefois, le plus souvent, c’est le médecin scolaire qui détecte la maladie (les troubles devenant plus visibles après l’entrée à l’école maternelle). Il peut en cas de doute prescrire un bilan psychomoteur pour faire le points sur les difficultés de l’enfant.

Si les difficultés sont durables, un bilan médical complet est nécessaire.

Ainsi, le médecin traitant ou le pédiatre peuvent prescrire un bilan. Il permet de préciser le diagnostic de dyspraxie, pour envisager les soins les mieux adaptés à l’enfant.

Bilan de dyspraxie : quels examens ?
Un examen médical et parfois ORL
Un examen clinique est d’abord pratiqué pour exclure tout trouble moteur, orthopédique ou musculaire qui pourrait expliquer les problèmes rencontrés par l’enfant.

Des examens complémentaires peuvent aussi être requis (recherche d’une éventuelle surdité par un ORL par exemple).

Où est fait le diagnostic et bilan de dyspraxie ?
Ce bilan est réalisé si possible dans un centre référent par une équipe pluridisciplinaire coordonnée par un médecin :
Pédiatre
Neurologue
pédopsychiatre
Psychologue
Psychomotricien
Orthophoniste
Ergothérapeute
Ophatalmo
ORL
Ce bilan considère l’enfant dans sa globalité, pour faire le point sur :
Ses difficultés d’orientation dans l’espace
Ses troubles liés à la coordination et à l’automatisation des gestes
sa maladresse dans les activités de la vie quotidienne ;
d’éventuels troubles associés (ex.: problèmes liés aux mouvements oculaires, à un déficit de l’attention, à un manque de confiance en soi ou à une anxiété).

Un bilan neuropsychologique
Il se déroule sous la forme d’un entretien, d’un examen clinique et de tests, destinés à étudier le fonctionnement du système nerveux.

Des tests dits « psychométriques » (mesurant les compétences et difficultés de l’enfant) sont également effectués. Ces évaluations concernent la mémoire à court et à long terme, l’attention, le langage oral et écrit, ainsi que les diverses fonctions cérébrales. Elles précisent les caractéristiques de la dyspraxie et permettent d’élaborer un traitement adapté (ex.: rééducation par un ergothérapeute).

Un bilan ergothérapique
Il se concentre sur la motricité, l’usage de la vue et du toucher, l’organisation dans l’espace. Il estime aussi l’autonomie de l’enfant dans la vie quotidienne, et sa capacité à utiliser les aides proposées par l’ergothérapeute.

Un bilan ophtalmologique et orthoptique
Il recherche des anomalies de la motricité des yeux ou un trouble de la vision.

Un bilan orthophonique
Il évalue le langage oral et écrit, ainsi que le raisonnement logico-mathématique.

Un bilan pédopsychiatrique
Il recherche d’éventuels troubles du développement affectif ou psychologique (ex.: anxiété, état dépressif).

L’évolution de la dyspraxie de l’enfant

Les enfants ayant une dyspraxie progressent car les capacités motrices s’améliorent avec l’âge, mais des différences persistent au fil du temps, au moins pour les enfants les plus sévèrement atteints qui ne surmontent pas complètement leurs difficultés.

Ces difficultés sont plus importantes si l’enfant présente d’autres troubles des apprentissages (dyslexie, troubles du langage oral…) ou un TDAH.

Toutefois, on peut réduire ses répercussions quotidiennes grâce à :

un diagnostic précoce et un bilan précis ;
un projet thérapeutique adapté à l’enfant, pour faciliter ses apprentissages et sa scolarité, et mettre en valeur ses capacités. Cette démarche l’aide aussi à mieux préparer son avenir professionnel.

Publicité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :